GLOSSAIRE

 

*Alternance : l’usage dans un même énoncé de deux langues différentes que ce soit par compétence (alternance de compétence) ou par erreur (alternance d’incompétence).

 

*Argot : dialecte social qui désignait autrefois le langage des malfaiteurs, leur jargon secret et qui par extension désigne actuellement le vocabulaire propre à un groupe social.

 

*Bilinguisme : la capacité d’un individu, d’un groupe ou d’une communauté de pratiquer deux langues. Le bilinguisme peut être additif ou soustractif, composé ou coordonné, dominant ou équilibré, consécutif ou simultané.

 

*Créole : né du contact entre les langues européennes et les langues indigènes à l’époque de la colonisation, il emprunte son cadre morphologique et syntaxique au substrat indigène et son lexique à la langue européenne dominante. Les créoles sont de langues vivantes parlées aux Antilles, en Louisiane et à la Réunion.

 

*Diglossie : L’usage de deux variétés distinctes de la même langue selon la situation : l’une noble et par suite officielle et littéraire et l’autre familière consacrée aux discours quotidiens. L’analphabétisme est le principal facteur de l’apparition de la diglossie.

 

*Emprunt : l’intégration d’un élément linguistique d’une langue à un autre système linguistique.

 

*Idiolecte : les caractères particuliers de la langue d’un individu à un moment donné, son style.

*Interférence : l’effet négatif d’un apprentissage bilingue incomplet. Elle désigne les mots, les sons ou les règles syntaxiques que l’élève emprunte à sa langue maternelle et insère dans la langue étrangère.

 

*Langue véhiculaire : langue servant à la communication entre des communautés ayant des langues maternelles différentes (par opposition à vernaculaire). C’est une langue utilisée d’une manière privilégiée pour l’intercommunication et l’intercompréhension.

 

*Langue vernaculaire : un système linguistique spécifique employé dans la région et la communauté d’origine. C’est la langue maternelle de cette région ou de cette communauté.

 

*Niveaux de langue : répartition du lexique de la langue en plusieurs répertoires en fonction de la norme. Les niveaux vont du «littéraire » jusqu’au «vulgaire » ou «argotique » en passant par «familier » ou «populaire ».

 

*Norme : la conformité à un usage donné comme commun et standard dans une communauté linguistique.

 

*Phonème : unité minimale distinctive de la phonologie. Si deux sons sont utilisés pour opposer deux mots comme [t] et [d] dans toit [twa] et doigt [dwa], ces deux sons constituent deux phonèmes. Si leur opposition n’entraîne pas la création de deux termes différents, ils constituent un seul phonème comme les différentes réalisations du /r/.

 

*Phonostylistique : partie de la phonologie qui étudie la fonction expressive et appellative dans un message. Elle s’intéresse aux particularités phoniques qui informent sur l’origine social, l’âge et le sexe du locuteur.

*Pidgin: langage mixte qui n’est la langue maternelle d’aucune communauté stable, mêlant le lexique de deux langues en contact sur la base d’une syntaxe et d’une morphologie rudimentaires. Les pidgins ne survivent jamais plus de quelques dizaines d’années.

 

*Sabir : langage mixte généralement à usage commercial parlé autrefois en Afrique du Nord et dans le Levant par des groupes ayant des langues maternelles différentes. Les sabirs sont des langues d’appoint, ayant une structure grammaticale mal caractérisée et un lexique pauvre, limité aux besoins qui les ont fait naître et qui assurent leur survie.

 

*Sociolinguistique : discipline linguistique qui a pour tâche de décrire les différentes variétés qui coexistent au sein d’une communauté linguistique en les mettant en rapport avec les structures sociales.

 


INDEX THÉMATIQUE

 

 

*Alternance : 17, 19, 21, 22, 23, 38n, 49, 50, 52, 55, 56, 58, 206.

 

*Argot : 14, 17, 18, 62, 102, 104, 106, 143, 147, 148, 149, 150, 155, 156, 194, 206.

 

*Beur : 5, 6, 14, 15, 16, 17, 19, 24n, 32n, 55, 60, 66, 119, 191, 194, 195.

 

*Bilinguisme : 14, 21n, 23, 27, 28, 30, 34, 42n, 44, 48, 206.

 

*Dialecte : 33, 46, 47, 53, 56, 61, 76, 151, 182.

 

*Diglossie : 53, 206.

 

*Emprunt : 17, 19, 21, 58, 59, 60, 61, 62, 63, 64, 65, 66, 76, 206.

 

* Français Familier : 12, 14, 17, 18, 82, 102, 104, 105, 106, 107, 108, 109, 110, 111, 112, 113, 114, 115, 116, 118, 119, 120, 122, 123, 125, 126, 128, 129, 130, 131, 132, 133, 134, 135, 137, 138, 139, 140, 141, 142, 143, 155, 156, 158, 161, 177, 193, 194.

 

*Français régional : 8, 14, 17, 18, 150, 151, 152, 153, 154, 155, 194.

 

*Français Vulgaire : 17, 18, 102, 103, 105, 121, 143, 144, 145, 146, 147, 155, 156, 193, 194.

 

*Idiolecte : 77, 206.

 

*Immigré : 1, 2, 3, 4, 14, 15, 16, 17, 23, 24, 31, 32, 36, 41, 59, 75, 80, 83, 96, 100, 149, 153, 181, 191, 192, 193, 195.

 

*Interférence : 17, 19, 21, 22, 23, 26, 28, 29, 34, 35, 42, 43, 48, 49, 58, 67, 69, 71, 79, 91, 92, 93, 94, 207.

 

*Langue véhiculaire : 14, 207.

 

*Langue vernaculaire : 14, 24, 207.

 

*Lexique : 17, 18, 22, 34, 37, 65, 107, 130, 147, 156, 166, 171, 193, 195.

 

*Niveaux de langue : 14, 17, 18, 102, 103, 104, 105, 106, 126, 144, 155, 156, 193, 207.

 

*Parler : 4, 7, 12, 25, 26, 29, 30, 32, 34, 35, 36, 41, 42, 48, 52, 53, 56, 61, 64, 71, 73, 76, 83, 84, 85, 90, 91, 98, 106, 107, 115, 116, 117, 118, 125, 136, 150, 168, 169, 172, 174, 195.

 

*Phonème : 17, 19, 67, 69, 70, 73, 76, 77, 82, 84, 87, 90, 92, 101, 165, 170, 171, 192, 194, 207.

 

*Phonétique : 12, 19, 21, 59, 66, 68, 73, 76, 85, 87n, 93, 97n, 116, 157, 171, 192, 193.

 

*Prononciation : 12, 17, 19, 33, 47, 49, 68, 73, 74, 75, 77, 79, 80, 81, 82, 84, 85, 87, 89, 92, 94, 95, 96, 98, 99, 156, 157, 158, 160, 163, 164, 165, 166, 167, 168, 169, 190, 192, 194, 195.

 

*Sabir : 26, 208.

 

*Société :  4, 6, 7, 8, 12, 16, 24, 27, 37n, 41, 47, 54n, 55, 56n, 104, 143, 144, 147, 192, 193, 194, 195.

 

*Sociolinguistique : 7, 11, 13, 14, 17, 26n, 33n, 37n, 41n, 46n, 54n, 55n, 56n, 104, 116n, 208.

 

*Syntaxe : 10, 59, 156, 171, 190, 193, 195.

 


INDEX ONOMASTIQUE

 

-         BACHMANN, Christian: p. 8n, 9n, 10n, 11n.

-         BAYLON, Christian: p.7n, 37n, 41n, 46n, 54n, 55n.

-         BEGAG, Azouz: p. 15, 16, 19, 23, 24, 25, 28, 29, 30, 31, 39, 43, 44, 46, 62, 69, 70, 71, 72, 73, 78, 82, 84, 91, 100, 108, 109, 110, 111, 112, 113, 114, 115, 116, 118, 119, 120, 121, 122, 123, 127, 128, 131, 133, 134, 136, 146, 148, 149, 152, 158, 159, 160, 161, 162, 163, 164, 167, 168, 169, 172, 175, 176, 179, 180, 181, 183, 186.

-         BELGHOUL, Farida: p. 15.

-         BENARD, Valérie: p. 75n.

-         BENHAMAD, Mohamad: p. 80n.

-         BERNSTEIN, Basil: p. 10, 11.

-         BLANC, Michel: p. 21n, 26n, 28n, 29n, 38n, 52n, 55n, 56n, 58n, 65n.

-         BLANCHE-BENVENISTE, Claire: p. 103n, 156n, 163n, 169n, 172n, 174n, 186n.

-         BONN, Charles: p. 137n, 155n.

-         BOUCHARD, Chantal: p. 60n.

-         BOUTET, Josiane: p. 22, 25n, 35n.

-         BOYER, Henri: p. 19n, 21n, 56n.

-         BUILLES, Jean-Michel: 66n.

-         CALVET, Louis-Jean: p. 116n.

-         CANTINEAU, Jean: p. 33n, 52n, 67n, 76n, 83n, 85n, 86n.

-         CANUT, Cécile: p. 38n.

-         CANUT, Emmanuelle: p. 38n.

-         CARTON, Fernand: p. 97.

-         CASTELLOTTI, Véronique: p. 38n.

-         CAVIGLIOLI, François: p. 5n.

-         CHAREF, Mehdi: p. 15.

-         CHISS, Jean-Louis: p. 108n.

-         COLIN, Didier: p. 3n.

-         COLIN, Jean-Paul: 62n, 148n.

-         DECOURT, Nadine: p. 15n.

-         DERIVERY, Nicole: p. 157n.

-         DUCROT, Oswald: p. 12.

-         EL-KILANI, Jamila: p. 23n, 24n, 36n, 67n, 74n, 80n, 81n, 87n, 97n.

-         EVENO, Bertrand: p. 106.

-         F.HAMERS, Josiane: p. 21n, 26n, 28n, 29n, 38n, 52n, 55n, 56n, 58n, 65n.

-         F.MACKEY, William: p. 42n, 43n, 44n, 47n, 67n.

-         FILLIOLET, Jacques: p.108n.

-         GADET, Françoise: p. 157n, 159, 160n, 161n, 166n, 167n, 176n, 177, 185n.

-         GARCIA, Daniel: p. 15n.

-         GARMADI, Juliette: p. 26n, 77n, 129n.

-         GRANDGUILLAUME, Gilbert: p. 57n, 76n.

-         GSHWIND-HOLTZER, Gisèle: p. 104, 110n, 131n.

-         GUIRAUD, Pierre: p. 119n, 124n, 144n, 145n, 146n.

-         GUMPERZ, John: p. 8, 9, 10, 13.

-         HAGEGE, Claude: p. 22n, 35n, 67n, 71n, 75n, 79n, 93n.

-         HYMES, Dell: p. 8, 9, 10.

-         IMACHE, Tassadit: p. 15.

-         J.A. FISHMAN: p. 13.

-         JEANJEAN, Colette: p. 172n.

-         KANNAS, Claude: p. 21n, 23n, 151n.

-         LABOV, William: p. 11, 12, 13, 33n, 65n, 108n, 140n.

-         LARONDE, Michel: p. 32n, 41n, 52n

-         LAROUSSI, Fouad: p. 53n.

-         LEON, Pierre: p. 69n, 160n, 165n.

-         LINDENFELD, Jacqueline: p. 8n, 9n, 10n, 11n.

-         MAINGUNEAU, Dominique: p. 36n, 85n, 88n, 107n, 108n, 131n, 132n, 137n, 178n, 180n, 181n, 186n, 187n, 188n, 189n.

-         MANESSY, Gabriel: p. 48, 49n.

-         MDARHRI ALAOUI, Abdallah: p. 14n.

-         MEILLET, Antoine: p.8.

-         MERAD, Ghani: p. 6n.

-         MOLINIE, Georges: p. 175n.

-         MOORE, Danièle: p. 38n.

-         MUCCHIELLI, Laurent: p. 3n.

-         MULLER, Bodo: p. 104, 105, 107n, 114n, 117n, 126n, 143n, 144n, 147n, 148n, 150n, 73n, 177n.

-         POUGEOISE, Michel: p. 179n, 182n, 183n, 184n.

-         QUENEAU, Raymond: p. 103.

-         REY, Alain: p. 59n.

-         RIGAULT, André: p. 107n, 157n.

-         SAMI WASSEF, Amin: p. 87n.

-         SAUVAGEOT, Aurélien: p. 170n, 171n, 173n, 174n, 178n, 179n, 185n, 187n.

-         SCHAEFFER, Jean-Marie: p. 12.

-         SCHELMA, Elisabeth: p. 24n.

-         SIMONIN, Jacky: p. 8n, 9n, 10n, 11n.

-         VAN OVERBEKE, Maurice: p. 27n, 28n, 30n, 86n, 100n.

-         VERMES, Geneviève: p. 22, 25n, 35n.

-         WALD, Paul: p. 48, 49n.

-         WALTER, Henriette: p. 151n, 188n.

-         YAGUELLO, Marina: p. 122n.

-         ZOLA, Emile: p. 103.

 

 

 


LES EMPRUNTS DU FRANÇAIS À L’ARABE

 

 

Mot français      Etymon arabe transcrit    Etymon arabe

 

Aïd

 

id

عيد

Alcôve

 

al qubba

القبة

Caïd

 

qa id

قائد

Cheikh

 

sayh

شيخ

Couscous

 

kuskus

كسكس

Djebel

 

gabal

جبل

Djinn

 

gin

جن

Gourbi

 

girba

جربة

Guittoun

 

qaytun

قيطون

Harissa

 

harisa

هريسة

Henné

 

hina

حناء

Maboule

 

mahbul

مهبول

Oued

 

wadi

وادي

Roumi

 

rumi

رومي

 

Remarquons que la plupart des étymons arabes concernent des mots de l’arabe classique. Néanmoins, il y avait quelques mots dialectaux tels que «gourbi » et «guittoun » et d’autres d’origine berbère comme «gandoura » [qandur] qui sont passés à l’arabe avant de se franciser. En ce qui concerne, le mot «moukère » il était emprunté par l’algérien à l’espagnol mujer et ensuite intégré à la langue française.

 

Ce tableau a été élaboré d’après les dictionnaires suivants :

 

-         DUBOIS, Jean, DAUZAT, Albert et MITTERAND, Henri, Dictionnaire étymologique, Larousse, 1964.

-         DUBOIS, Jean, DAUZAT, Albert et MITTERAND, Henri, Dictionnaire étymologique et historique du français, Larousse, 1994.

-         O. BLOCH et W.VON WARTBURG, Dictionnaire étymologique de la langue française, PUF, 1994.

-         ROBERT, Paul et REY, Alain, Le Robert de la langue française, deuxième édition, Canada, 1985.

-         WALTER, Henriette, et WALTER, Gérard, Dictionnaire des mots d’origine étrangère, Larousse- Bordas, 1998.

 


LES LETTRES ENVOYÉES PAR AZOUZ BEGAG

 À LA CHERCHEUSE

 

Première lettre:

Bonjour Rania,

j'ai bien reçu votre lettre. Voilà les réponses à vos questions : Je suis né dans une famille algérienne en France et comme mes parents ne parlent pas français, je parle arabe avec eux, mais un arabe plein de mots français, ce qui fait que je ne connais pas les mots arabes classiques qui correspondent à ces mots français. C'est du "sabir"... la langue française est une langue scolaire et de la rue, une langue d'"extérieur". La langue arabe une langue d'intérieur. Maintenant, je me rends compte que la langue française est une langue essentielle pour moi, sans elle je ne serais pas ce que je suis... j'habite dans cette langue, je la possède. Elle me possède aussi.

A la maison, je dis Abboué et Emma pour dire mon père et ma mère. Comme mes parents ne parlent pas le français, je ne les ai jamais appelés Papa et maman et lorsque j'écris, je fais comme si je m'adresse à eux, donc en arabe...

En ce qui concerne Salam oua rlikoum, j'ai écrit "rlikoum" pour essayer de prononcer le "r" comme dans la langue algérienne...

Roumi et gaouri n'ont pas de différence pour moi... parfois, je m'amuse avec les registres de langue et je dis "c'est une gaouria" au lieu d'une française, mais il n'y a pas d'analyse derrière ça, c'est du jeu..

Avoir les chtons en français, veut dire "avoir peur".... De la même manière, echec au roi... ( a'cheick mat)... le roi est mort... je l'ai écrit Et Cheick au roi, c'est juste pour jouer avec les mots et deux registres de langue différents...

Le mot "bikou" signifie "bicot" qui est l'insulte contre les arabes en France et les nord-africains en particulier... mais comme mon père ne prononce pas les "o", il les remplace par des "ou"...

Fous-moi l'camp da tou pii.... veut dire "fous moi le camp dans ton pays"...

Dans la cuisine, un bloc de cuisine pour mettre la vaisselle est prononcé "blouk" par ma mère...

Voilà, j'espère que ça te suffit. N'hésite pas à me demander encore des détails... Bye bye. Azouz

 

Deuxième lettre :

Bonjour Rania, le bigareau, c'est la plus grosse bille dans un jeu de billes... et Gitan c'est le mot que tu peux trouver dans le dictionnaire, c'est les gens du voyage, qui habitent toujours dans les caravanes et qui viennent souvent des pays de l'est de l'Europe... Ca va ? Ciao. Azouz.


Table des matières

 

        ·          Avant-Propos---------------------------------pp 1-6.

 

        ·          Introduction----------------------------------pp 7-18

 

       ·         A- Première partie: ------------------------pp 19-101

L’impact de la langue arabe sur la langue française

1-     Premier Chapitre:

L’impact lexical:----------------------------pp 21-66

Un-             Les interférences-------------------------pp 21-49

Deux-    Les alternances de compétence--------pp 49-58

Trois-    Les emprunts-----------------------------pp 58-66

 

2-     Deuxième chapitre :

L’impact phonique :-----------------------pp 67-101

Un-             Les consonnes---------------------------pp 69-86

Two-      Les voyelles-----------------------------pp 86-101

 

       ·         B- Deuxième partie:----------------------pp 102-190

Les traces du français parlé

1-     Premier chapitre:

Les traces lexicales:-----------------------pp 103-155

Un-             Le français familier--------------------pp 106-143

Deux-    Le français vulgaire--------------------pp 143-147

Trois-    L’argot-----------------------------------pp 147-150

Quatre-                       Le français régional--------------------pp 150-155

 

2-     Deuxième chapitre:

Les traces phonosyntaxiques:------------pp 156-190

Un-             La prononciation------------------------pp 156-171

Two-      La syntaxe-------------------------------pp 171-190

 

        ·          Conclusion----------------------------------pp 191-196

 

        ·          Orientation bibliographique------------pp 197-205

 

        ·          Annexes:-------------------------------------pp 206-218

1-     Glossaire----------------------------------pp 206-208

2-     Index thématique------------------------pp 209-211

3-     Index onomastique----------------------pp 212-215

4-     Les emprunts du français à l’arabe---pp 216-217

5-     Les lettres envoyées par Azouz Begag

à la chercheuse---------------------------p. 218.

 

        ·          Table des matières------------------------pp 219-220

 

 

*******************

**********