Recherche en cours
Veuillez patienter
Article

CHAMKHI, Sonia


Eloge d’un cinéma tunisien, encore et toujours, engagé (II) L’accusation du présent


Titre du périodique ou du site internet : La Presse
Sous titre : La Presse de Tunisie
Date : 1 novembre
Date : 1 novembre
Année : 2009
Commentaires : Extrait de l'article: En effet, les plus téméraires de la génération de la Nouvelle Vague tunisienne, celle de la décennie 80-90, ont récidivé. Parmi eux, Nouri Bouzid a signé trois longs métrages, Bent Famila (1997), Poupées d’argile (2002) et Making off (2006), Abdelatif Ben Ammar a réalisé Le chant de la Noria (2001), Mahmoud Ben Mahmoud récidiva avec Siestes Grenadines (1999), Moufida Tlatli enchaîna avec La Saison des hommes (2000), Salma Baccar enthousiasma avec Khochkhach, Fleurs d’Oubli (2007) et Ridha Béhi, avec La boite magique (2003), revint au métier après une fort longue absence. Ces films, d’une facture artistique certaine, certes, ne nous épargnent pas le regret de la régression enregistrée par certains longs métrages de cette même génération, mais confirment que, dans des conditions de production similaires pour tous, le talent et la créativité peuvent être une garantie de qualité.